Cusset-TASE : un ensemble cohérent typologiquement et topologiquement.

 

Bien qu’un recensement patrimonial ait été diligenté en 2009, les associations du patrimoine qui se sont mobilisés pour valoriser l’ensemble industriel remarquable Cusset-TASE, ont le sentiment qu’il manque encore une coordination des initiatives des différents acteurs de l’opération d’aménagement du secteur du Carré de Soie pour obtenir une vraie synergie.

 

 

TASE

 

L’usine TASE, l’Esplanade de la TASE et le « Passage des viscosiers »

La façade de l’usine TASE a été inscrite à l’inventaire des monuments historiques le 20 mai 2011. Au delà de cette façade subsiste l’aile Est de ce bâtiment ainsi que l’équivalent d’un dixième des sheds. Après la réhabilitation de la façade et pour la deuxième fois, depuis la fermeture de l’usine, l’usine TASE va faire l’objet d’un réinvestissement d’envergure. De fait, l’Esplanade va aussi donner une nouvelle visibilité à l’Aile Est et ouvrir la possibilité d’une mise en valeur des sheds et la magnifique verrière qui dessert ces derniers : le “Passage des Viscosiers”

 

Des sheds, porteurs de sens

Nos associations revendiquent l’idée que ces sheds – même réduit physiquement - constituent symboliquement un emplacement idéal pour créer un espace dédié à la découverte de l’histoire de la soie lyonnaise et des innovations industrielles qu’elle a généré comme un axe culturel cohérent pour le Carré de Soie.

 

Grands Cités TASE : une Cité-Jardin à qualifier

Les Grandes Cités TASE ont été oubliées en tant que patrimoine remarquable aussi bien pour les immeubles que pour les jardins. Qualifier cette cité suppose l’élaboration d’un programme public/privé, d’un cahier des charges pour les travaux de réhabilitation voire des démolitions et même d’éventuelles constructions de qualité à condition qu’elles soient limitées et bien intégrées. Les jardins ouvriers doivent être réinvestis. La Place Cavellini devrait, dans ce cadre, retrouver son rôle de charnière entre Petite et Grande cités mais surtout de lien entre ancien et nouveau quartier.

 

 

Les Petites Cités TASE

Avec ses onze modèles de maisons et ses voies sinueuses, les Petites Cités sont maintenant sous surveillance de l’ABF. Le charme de ces cités réside dans la variété des couleurs, formes et implantations et appelle la possibilité d’intégrer une certaine liberté d’interprétation. La création d’une maison témoin pourrait être l’espace pédagogique capable d’inciter à des réhabilitations respectueuses de l’Esprit des Lieux.

 

Le dispensaire de l’usine, les bains-douches, le château d’eau

Le dispensaire de l’usine, d’abord occupé par les Sœurs du Très Saint Sauveur, est devenu centre social puis l’Espace Carmagnole. Les bains-douches ont été transformés en espace de répétition musicale et il nous semble instructif de garder les traces d’une période où prendre une douche était un luxe. Le château d’eau est devenu l’emblème du quartier et permet d’aborder le rôle centrale de l’eau dans la fabrication de la viscose.

 

 Du foyer Jeanne d’Arc à l’Autre Soie

Créé en 1926, ce grand bâtiment doté d’un parc fut d’abord destiné à l’accueil de jeunes filles mineures travaillant à l’usine sous l’autorité des Sœurs du Très Saint Sauveur puis caserne, école polytechnique, hôpital militaire pendant la guerre. Ecole Normale Nationale d’Application, centre d’apprentissage avec internat, Institut Universitaire de Formation des Maîtres, le foyer est à l’origine du Lycée Alfred de Musset. Un projet urbain et culturel ambitieux est en cours de conception dans le cadre d’un projet nommé “L’Autre Soie”. Nos associations seront attentives à la préservation des traces de cette histoire mouvementée et à son intégration dans l’histoire de l’ensemble industriel Cusset-TASE.

 

Le cantonnement et les petits commerces de la Poudrette côté Villeurbanne

L’usine eut recours au service de l’armée pour compenser le départ en Allemagne des STO. Un régiment de deux cent Indochinois fut cantonné dans un baraquement en L situé rue de la Poudrette de 1939 à 1950. Le bâtiment, encore visible, a été transformé en plusieurs maisons d’habitation et un petit commerce. La Ville de Villeurbanne a fait apposer une plaque de présentation de cette histoire. En face, encore en activité, un mini-centre commercial date lui aussi de 1926 et présente les mêmes caractéristiques que les Petites Cités. Il mérite lui aussi toute notre attention quant à son devenir.

 

 CUSSET

 

L’Usine hydraulique et le “Belvédère de Cusset” côté Villeurbanne

L’usine prototype de Cusset constitue un authentique “palais de l’électricité” et mériterait un classement à l’inventaire. EDF a pris en considération sa valeur patrimoniale et a décidé d’un aménagement à vocation touristique sous la forme d’une passerelle posée sur l’huilerie en façade aval de l’usine. Cet aménagement constituera, dès la mi-2018, un espace de découverte de l’histoire de l’usine, de ses liens avec la Fabrique lyonnaise, des innovations qui ont permis sa réalisation, de son rôle et de son mode de fonctionnement actuel. Il est à souligner que cet aménagement concrétise la volonté d’EDF de participer à la valorisation du quartier et pourrait constituer, avec l’organisation régulière de visites guidées de l’usine, un attrait touristique de première importance.

 

 

Le célibatorium, un emplacement public à préserver côté Villeurbanne

Ce bâtiment offre 500 m2 au sol au-dessus de la façade aval de l’usine. Il s’agit de la plus belle vue publique de Villeurbanne sur le Rhône. L’association Usine sans Fin avait proposé qu’il devienne un centre d’interprétation puis la Maison du projet Carré de Soie ou la Porte de l’Anneau Bleu et du Parc Miribel-Jonage. Avec la création d’un Belvédère, le projet finalement retenu marque-t-il le renoncement à ces possibilités ? Selon EDF, le célibatorium pourrait devenir la Maison du projet du futur Parc ARENA et de l’opération d’aménagement. Notre association souhaite que ce bâtiment et cet emplacement garde une vocation d’accueil du public et puisse évoluer vers une fonction Patrimoine et Tourisme - en particulier pour le cyclotourisme assurant la relation entre le carré de Soie, le canal de Jonage et le Grand Parc.

 

La cité des électriciens, l’usine thermique

L’usine de Cusset a aussi généré la création de maisons d’habitation, en particulier rue Ampère. Cette cité des électriciens est typique des logements privés proposés par les grandes entreprises de cette époque et méritent une préservation. Cette cité pourrait participer à une visite guidée dédiée aux logements ouvriers significatifs de l’essor industriel.

 

L’usine thermique présente un caractère monumental qui pourrait être mobilisé dans la perspective ouverte par l’urbanisation du secteur. Elle participe des éléments architecturaux remarquables du secteur. La maison des éclusiers a disparu, reste son bel emplacement au droit de l’écluse. Une maison comparable est visible au 71 rue Pierrefitte qui offre une porte à taille humaine au futur Belvédère.

 

Comment passer d’une série d’opérations juxtaposées à une stratégie de mise en valeur concertée ?

 

L’énonciation des divers bâtiments et espaces qui constituent ce que nous appelons l’Ensemble Industriel Remarquable Cusset-TASE offre une grande diversité d’usages et de possibilités. Ce qui nous paraît important à l’avenir est la capacité collective d’envisager ces divers éléments de patrimoine comme un tout se valorisant mutuellement afin de donner un sens explicite et partagé au nom choisi « Carré de Soie ». C’est dans cette perspective que Vive la TASE !, invitée à la première commission Patrimoine de la Ville de Vaulx-en-Velin en janvier 2016, a demandé, au nom des associations du patrimoine industriel de Vaulx-en-Velin et de Villeurbanne, la création d’un groupe de travail dédié à cet ensemble patrimonial, une commission dédiée à l’EIR, susceptible d’évoluer vers une instance ouverte sur Villeurbanne et ses institutions. Les contacts noués avec le Rize et le CCO permettent d’affirmer que ces deux institutions sont prêtes à coopérer à des actions de valorisation patrimoniale.

 

Vers une action coordonnée de valorisation patrimoniale du Carré de Soie axée sur l’histoire industrielle.

Notre association est convaincue de la valeur patrimoniale et touristique de l’ensemble Cusset-TASE. Notre idéal serait une veille patrimoniale dans un cadre juridique qui prenne en compte la variété des éléments patrimoniaux et définisse une politique de valorisation volontariste afin d’inscrire l’Ensemble Industriel Cusset-TASE dans le patrimoine lyonnais. Comment faire ? Pour que se constitue une offre régulière, plusieurs étapes sont encore à franchir qui supposent d’abord de faire partager cette conviction aux collectivités locales. De notre point de vue, l’ensemble Cusset-TASE est le prolongement au XXème siècle du processus d’urbanisation dont les phases clairement visibles de l’époque romaine à nos jours ont valu à Lyon, le classement au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Pour nous, les Pentes de la Croix Rousse sont, avant la lettre, un Ensemble Industriel Remarquable.

 

Si nous réussissons à développer une offre cohérente de découverte et de visites de l’usine de Cusset et du site de la TASE, offre conjuguée avec des évènements culturels et scientifiques, le Carré de Soie pourrait devenir non seulement une opération d’aménagement mais un véritable pôle culturel de l’agglomération.

 

La question est posée d’un investissement public significatif dans ce qui pourrait constituer à terme l’interface entre les différents équipements et entreprises du secteur du point de vue de l’histoire des innovations industrielles. L’enjeu est de toucher les habitants du quartier mais aussi de créer à proximité immédiate du métro un espace de découverte métropolitain, vitrine de l’histoire et du dynamisme industriel du secteur intercommunal du Carré de Soie.

 

Vers la création d’un pôle dédié à la mémoire industrielle, à l’innovation, à la création et à la recherche.

 

L’émergence d’une forte demande autour de l’histoire industrielle intégrant les dimensions sociales et techniques appelle des actions de valorisation du patrimoine industriel local. La création d’un centre d’interprétation sur le génie technique lyonnais est la plus ambitieuse des actions du référentiel de la démarche Esprit des Lieux mise en œuvre par la Mission Carré de Soie. Ce projet a été retenu alors que l’idée d’un couloir universitaire reliant la Doua et l’INSA, L’ENTPE et l’ENSAL n’était pas inscrit dans le projet de la ville. Est-il possible d’imaginer que ce couloir vienne jusqu’au Carré de Soie et constitue un arc des sciences appliquées présentant dans le “Passage des Viscosiers”, un Espace de rencontre et de découverte ouvert au grand public dans l’esprit de la Main à la Pâte, de l’école de la Martinière ou de l’institut des sciences appliquées?

Il importe de définir un programme original pour que les sheds de l‘usine TASE présente une réelle attractivité. La Ville de Vaulx-en-Velin s’est fait connaître par la qualité de ses propositions culturelles dans le domaine scientifique avec Ebulliscience, le Planétarium et Planète Science. Il semble important d’inscrire la proposition des sheds dans cette dynamique. Les Ateliers de l’Innovation pourraient servir de base à la réflexion à développer.

 

 

Préserver et valoriser l'ensemble industriel remarquable Cusset-TASE.

 

Comment éviter l’altération d’un ensemble industriel à haute valeur historique, technique, scientifique, industrielle, sociale et donc patrimoniale situé au cœur d’une opération d’aménagement urbain?

Comment en assurer sa conservation et la mise en valeur ?

De quelle manière répondre aux défis posés par la disparité des propriétaires, des statuts, des fonctions actuelles ou futures sans un cadre juridique adapté ?

Comment dépasser la pratique du “coup par coup”, pour faire en sorte que les efforts des uns ne soient compromis par les renoncements des autres ?

Comment faire pour que la valorisation du patrimoine industriel du Carré de Soie devienne un axe fort du projet urbain et une dimension reconnue du développement culturel ?

Bien que des initiatives aient vu le jour comme la création du Belvédère de Cusset ou encore l’émergence du projet de L’Autre Soie, il reste néanmoins essentiel que les collectivités solidaires s’engagent ouvertement dans ce sens.

La création d’un S.P.R (Site Patrimonial Remarquable) met en place une zone protégée pour des raisons d'intérêt culturel, architectural, urbain, paysager, historique ou archéologique. Il ne s'agit pas de documents d'urbanisme mais d'un ensemble de prescriptions. N’est-ce pas, au final, le cadre juridique le plus approprié pour mettre en œuvre une démarche cohérente inscrite dans la durée et capable de traduire la valeur accordée au patrimoine industriel du Carré de Soie ?

   

Comme il s’agit d’aborder à la fois des questions d’urbanisme, d’architecture, de culture scientifique et touristique, autant d’aspects traités dans des instances différentes dans une phase du projet où les temps de concertation sont de plus en plus ponctuels et spécialisés, il est difficile de développer une vision globale et partagée. La création d’un Site Patrimonial Remarquable permettrait d’inscrire et de programmer les actions préconisées dans le cadre d’un travail tirant partie du recensement patrimonial pour définir un cadre de référence commun.

Thèmes à découvrir Balades urbaines
Territoires à visiter Europe France Auvergne-Rhône-Alpes Vaulx-en-Velin Rhône
Périodes de l’histoire Epoque contemporaine XXe siècle
Evènements à vivre

Logo Philianonva.com

PHILIANOVA
Votre guide de visites sans frontières