Vive la Tase

Vive la Tase

Association

11 Avenue Bataillon Carmagnole Liberté, 69120 Vaulx-en-Velin
Rhône
Auvergne-Rhône-Alpes
France
maxisermet@gmail.com
00 00 00 00 00
http://www.ensemble-cusset-tase.com/

Vive la Tase

Association

Après avoir obtenu l’inscription à l’inventaire des monuments historiques la façade de l’usine TASE, l’association Vive la TASE ! s’est substituée au Cercle de la Soie Rayonne le 31 avril 2011, dans une logique de valorisation patrimoniale de l’ensemble industriel, alors que l’autre association impliquée, Vaulx Carré de Soie, privilégiait le projet urbain et l’intégration du patrimoine. Ce parti pris a conduit cette association à mobiliser d’autres associations du patrimoine local avec trois axes complémentaires.

Le premier fut de parler d’un Ensemble Industriel Remarquable pour désigner l‘ensemble Cusset-TASE. Cette idée a été retenue par Patrimoine Rhônalpin, la fédération des associations du patrimoine régional et s’est traduit par la création d’une commission Patrimoine Industriel en septembre 2011 et la définition d’un cadre de candidature pour les sites candidats à cette définition. Le lancement, en 2014, du recensement des Ensembles Industriels Remarquables dans la région Auvergne-Rhône-Alpes a permis de mettre en lumière 39 sites industriels. Toujours en cours, cet inventaire permet de distinguer des ensembles regroupant une unité de production mais aussi des bâtiments annexes, tels que des logements, des douches, des bâtiments religieux, des infrastructures de transport ou d’énergie

Le second axe consiste à raconter l’histoire des innovations industrielles et en particulier du génie technique lyonnais. Cette idée a trouvé une première consécration avec « La fabrique de l’innovation » , une exposition organisée de novembre 2013 à mars 2014 à la Bibliothèque de la Part Dieu. Dans l’ensemble Cusset-TASE, elle s’est traduite par l’élaboration d’un projet partagé intitulé « Les ateliers de l’innovation ». Cet axe a été mis en œuvre avec le travail de l’association Silk Me Back et la création d’événements en tous genres. L’événement « La Belle Dormante» fut organisé en 2013 autour du métier à dentelle Dognin. L’organisation d’un «Musée éphémère» en 2014, d’un « Cabinet de curiosités Numériques » en 2016 et en 2017 fut également partie des actions menées. Cette dimension Art et Science s’est d’ailleurs traduit par la modification des statuts de l’association dont le nom devint Textile Art Science et Energie en octobre 2012.

Le troisième et dernier axe s’appuie sur l’histoire de l’immigration de Vaulx-en-Velin. En effet, l’usine TASE a recruté au cours de ses cinquante ans de production, une main d’œuvre toujours renouvelée en mobilisant les réfugiés politiques et économiques ou en allant chercher dans les pays en difficultés de l’Europe de l’Est ou dans les colonies françaises du Maghreb de la force de travail. Ce recrutement constant servait à compenser le turn over lié aux conditions de travail éprouvantes et au dynamisme du marché du travail. Cette dimension du site est ravivée à chaque visite guidée par de nouveaux témoignages et constitue une des raisons d’être de l’association.

L'association Vive la TASE a aujourd'hui ses bureaux au sein même de l'usine, au chevet d'un somptueux métier à filer la dentelle de quinze tonnes.

Elle participe à de nombreux évévenements publiques (Journées Européennes du Patrimoine, Fête de l'Industrie, Rencontres du Carré de Soie, Fête de la Science...) mais organise également des visites guidées sur demande à des groupes préalablement constitués.


Pour établir la relation vous devez créer votre compte et être connecté
Demander à être : membre ami

Articles, balades, visites guidées, recherches, publications

  • Pour comprendre le lien entre le quartier de Cusset à Villeurbanne et celui de la TASE à Vaulx-en-Velin, il faut en passer par l’histoire de la fabrique lyonnaise et sa reconversion à la charnière des XIXè-XXè siècles. La conquête du Rhône et l’essor de la soie artificielle sous l’égide des Gillet sont emblématiques de l’entrée de Lyon dans la deuxième révolution industrielle. L’enjeu aujourd’hui est de donner sens au nom de Carré de Soie en tant que notion vivante et compréhensible. Vive la TASE ! propose d’ancrer cette identité sur la mémoire des innovations industrielles et sociales grâce à la valorisation des savoirs-faire, des bâtiments et des espaces qui forment un ensemble cohérent topologiquement et typologiquement : l’Ensemble industriel remarquable Cusset-TASE. L’objectif est d’inclure cet ensemble dans un cadre juridique approprié : un Site Patrimonial Remarquable.

  • Usine TASE Vive la Tase Article
    Etat : Publié, visualisable par : Public

    L'usine TASE fut construite en 1924 par le groupe Gillet dans le but de produire de la viscose, l'autre nom de la soie artificielle. En un an, une gigantesque usine capable d'acceuillir plus de 3000 ouvriers et une cité ouvrière de 97 pavillons sortent de terre dans le secteur de Vaulx la Cote. C'est le début d'une grande aventure textile vaudaise qui durera jusqu'en 1975, date de la fermeture de l'usine TASE.

  • La Grande Cité TASE Vive la Tase Article
    Etat : Publié, visualisable par : Public

    La Grande Cité fut construite à partir de 1926 pour pallier au manque de logements ouvriers. Elle fut nommée ainsi en opposition à la Petite Cité pavillonnaire voisine. 20 immeubles de quatre étages sur neuf hectares sont alors érigés, comportant en 1970, 491 logements sur quatre étages.

  • La Petite Cité ouvrière TASE Vive la Tase Article
    Etat : Publié, visualisable par : Public

    La Petite Cité fut construite dès 1924. 97 pavillons ou maisons d’habitations hygiéniques furent érigés sur 11 hectares comprenant 297 logements. L'objectif pour le patronat était de fixer la population ouvrière d'ordinaire volatile sur son lieu de travail afin d'endiguer les retards, l'absentéisme et la désaffection.

  • Ancien Foyer Jeanne d'Arc TASE Vive la Tase Article
    Etat : Publié, visualisable par : Public

    A l’initiative du groupe Gillet, la “maison Jeanne D’arc” ou “l’hôtel Jeanne D’arc” est construit à la fin des années 1920. Cet hôtel propose 300 chambres et des locaux collectifs (bibliothèque, salle de couture, chapelle…) destinés à des jeunes filles françaises ou étrangères, à partir de 13 ans, travaillant à la TASE et dont le domicile familial était trop éloigné pour qu’elles puissent s’y rendre. 300 filles se partageaient les locaux sur trois étages. Des françaises, italiennes, espagnoles, hongroises et autrichiennes vivaient alors sous le même toit, sous le regard bienveillant des religieuses.

  • Ancien cantonnement indochinois TASE Vive la Tase Article
    Etat : Publié, visualisable par : Public

    À l’angle des rues de la Poudrette et Alfred-de-Musset, dans le quartier des Brosses, se trouve un bâtiment qui servit de cantonnement pour les travailleurs indochinois contraint de force à travailler à la TASE à partir de 1941.

Logo Philianonva.com

PHILIANOVA
Votre guide de visites sans frontières